Le maire de Bezier, Robert Ménard avait annoncé la mise en place d’une milice de bénévoles dont le rôle serait d’assurer la surveillance des rues à la suite des attentats. Mais cette décision a été annulée par le tribunal administratif.

Une fois de plus, Robert Ménard le maire de Béziers est tenu en échec, lui qui est arrivé en mars 2014, avait déclaré le 1er décembre 2015 qu’il allait mettre en place une « garde biterroise ». Celle- ci devait en principe faire face aux dangers inférés par une situation d’état d’urgence. Mais les opposants au projet le considéraient comme étant la mise en place d’une milice, mais cela n’a pas empêché le Conseil municipal de la ville de l’Hérault de voté la mise en place de ce groupement.

Mais vu les faits, la préfecture avait procédé au dépôt d’un recours en décembre 2015  en exigeant l’annulation pure et simple de la décision prise par la municipalité. Et la non application d’une telle décision.

Une décision de justice rendu à deux reprises

Premièrement, le 19 janvier de cette année, le juge des référés du tribunal administratif avait procédé à l’arrêt de l’exécution de la délibération critiquée. Mais le Maire indiquait que sa garde était légale, mais il n’y avait que la délibération qui faisait l’objet d’une suspension.

Deuxièmement, le tribunal administratif « a procédé à l’annulation de la délibération » du Conseil municipal de Béziers et a aussi donné l’ordre « à la commune d’arrêter immédiatement dès la sortie de la notification du jugement l’opérationnalité de la « garde biterroise » et toute décision concernant sa publicité. » Cependant, le maire n’a apporté aucun commentaire concernant cette arrêt de justice.

Publié par | Chloe

Rédactrice.