fe

tauLa Banque centrale américaine (Fed) a maintenu mercredi ses taux d’intérêts inchangés pour maintenir la reprise et indiqué qu’elle serait «patiente» avant de revoir à la hausse les taux, non sans provoquer de sérieuses discordes en son sein.

Le comité de politique monétaire de la réserve fédérale (FOMC) a annoncé qu’elle maintenait ses taux directeurs entre 0% et 0,25%, leur niveau depuis décembre 2008. Un mois et demi après ses injections épaisses de liquidités, la Fed ne change pas le volet de sa politique monétaire très conciliante, lancée pour contrer la récession économique de 2008-2009.

Taux maintenus par la Fed

Empêchant les attentes des marchés, la banque centrale a gardé la promesse qu’elle maintiendrait ses taux proches de zéro «pendant une période étendue, surtout si les projections d’inflation demeurent inférieures à l’objectif de 2% sur le long terme». «Le Comité pense qu’il peut patienter…. Cela respecte notre communiqué précédent, indiquant qu’il sera adéquat de maintenir le taux de 0% à 0,25% pour les taux fédéraux pendant une période de temps longue», indique le communiqué.

Pas de hausse avant le 17-18mars

Lors de sa conférence de presse, Mme Yellen a affirmé qu’elle ne comptait pas revoir à la hausse des taux avant la réunion des 17-18 mars. Elle a réitéré qu’une décision de relever les taux dépendrait des informations économiques.

Plusieurs investisseurs sur les marchés s’attendaient à ce que la Fed lâche cette référence temporelle. Cette situation a été à l’origine de deux des trois discordes intervenues dans le FOMC. On n’a jamais vu pareille division dans le Comité monétaire depuis septembre 2011, sous le magistère du précédent président de la Fed, Ben Bernanke.

L’un des rebelles, Richard Fisher, président de l’antenne de la Fed de Dallas a ainsi déclaré que le renforcement de la conjoncture économique aux Etats-Unis devait permettre de donner la date d’un premier relèvement des taux.
Craintes sur l’inflation.

Hausse du marché du travail

Dans sa décision, le FOMC souligne que le marché du travail a connu une nette amélioration aux Etats-Unis, avec des embauches «solides et un taux de chômage revu à la baisse.

En novembre, l’économie des Etats-Unis a engendré en novembre les créations d’emploi les plus importantes depuis trois ans alors que le taux de chômage est bas depuis six ans avec 5,8%.

Publié par | Chloe

Rédactrice.