g

tC’est une fois de plus le 26 décembre, jour de la célébration de l’anniversaire de la naissance de la figure emblématique du pays, Mao Zedong que la Chine a décidé d’inaugurer vendredi sa première ligne de chemin de fer à grande vitesse pour joindre le reste du pays le Xinjiang.

Cette région qui est un genre de « Far West » chinois fait face à une agitation répétitive. Longue de quelque 1 800 kilomètres, la nouvelle ligne nommée « Lanxin » joint en moins de 12 heures Lanzhou, la capitale provinciale du Gansu à Urumqi, la capitale du Xinjiang, diminuant de moitié le temps du trajet.

Ouverture faite un 26 décembre également

Les autorités chinoises avaient également choisit la date du 26 décembre 2012, pour ouvrir la plus longue ligne à grande vitesse du monde. Celle-ci qui relie Pékin à Canton en 8 heures au lieu de 22 heures, la ligne, le « Jingguang » comptait 2 298 kilomètres de voies. La première ligne TGV chinoise a été créée en 2007.

L’État chinois souhaite à terme l’intégration et le développement économiques du Xinjiang, une nouvelle « route de la soie » qui doit impliquer les pays d’Asie centrale : en 2017, une autre ligne de TGV va relier Pékin à Lanzhou, ramenant à 16 heures le temps de parcours séparant la capitale chinoise et Urumqi, contre 41 heures actuellement, d’après l’agence Chine nouvelle.

L’arrivée en massive ces dernières décennies de millions de Han, l’ethnie ultra-majoritaire de Chine, est celle qui a provoqué les vives tensions ethniques et religieuses, qui ont causé la mort de plusieurs centaines de personnes depuis l’an passé. La position dominante des Han, économiquement et politiquement, cause une vive rancœur dans la population ouïghoure, dont une frange s’est durcie, influencée notamment par la propagande jihadiste, menant des opérations suicides meurtrières.

Un réseau TGV de 16 000 kilomètres à l’horizon 2020

Les autorités communistes ont lancé avant l’été une dure campagne de répression, marquée par des dizaines de condamnations à mort et d’exécutions, au nom de la lutte contre le « séparatisme » et le « terrorisme ».

Engagée en 1999, la construction du réseau TGV chinois a permis au pays d’avoir 11 000 kilomètres de voies en service en 2013 considéré comme le plus long réseau du monde et il doit arriver à 16 000 kilomètres en 2020.

Publié par | Chloe

Rédactrice.