fm

LE FMI REVOIT À LA BAISSE SES PRÉVISIONS DE CROISSANCE MONDIALELe Fonds monétaire international (FMI) a explicitement réduit mardi ses prévisions de croissance économique dans le monde, surtout en zone euro et en Chine, à cause de la chute vertigineuse des cours du pétrole.

Le Fonds monétaire international a revu à la baisse ses prévisions pour l’économie mondiale pour les années 2015 et 2016, jugeant que l’effondrement du pétrole ne compensera pas la faiblesse de l’investissement enrichit par un défaitisme important sur l’évolution de la croissance éventuelle de plusieurs pays. Dans une adaptation de ses perspectives économiques entières rendues publiques mardi, le FMI estime par ailleurs que la stagnation et l’inflation faible « demeurent des sujets d’inquiétude » dans la zone euro et au Japon.

Le FMI plus inquiet pour 2015 et 2016, sauf pour les Etats-Unis

L’exception est faite pour les Etats-Unis, l’unique seule grande puissance économique qui ne fait pas l’objet d’inquiétude pour le FMI, car il a revu à la hausse ses prévisions que ce soit pour l’année en cours ou l’année prochaine. Les réductions sont plus importantes pour les pays émergents surtout pour la Chine, mais également pour la Russie pour laquelle le FMI a anticipé deux années de récession.

En gros les économistes espèrent une croissance de 3,5% pour l’économie mondiale en 2015 et 3,7% en 2016. Soit 0,3 points en dessous par rapport aux prévisions faites l’année passée. L’économie aux Etats-Unis connaitrait une croissance de 3,6% cette année et 3,3% l’année prochaine, une prévision rangée à +0,5 et +0,3 point. Par contre, l’engouement est moins considérable pour la zone euro, car le FMI s’attend à 1,2% et 1,4% alors que les prévisions étaient fixées précédemment à 1,4% et 1,7%.

Sa révision la plus importante avec -0,5 point concerne l’Italie, où le PIB n’évoluerait plus que de 0,4% cette année et de 0,8% l’année prochaine. Pour la France, les révisions sont bornées à 0,1 et 0,2 point, à 0,9% pour 2015 et 1,3% pour 2016, visiblement en deçà des perspectives envisagées par le gouvernement fixées à 10% en 2015 et 1,7% en 2016).

Publié par | Chloe

Rédactrice.